Frédéric REISS - Député du Bas-Rhin (8ème circonscription) - Photo de profil
Frédéric REISS et son équipe
Audition du Président de la Conférence des Présidents d'Université13/10/2021

Audition du Président de la Conférence des Présidents d'Université


Nous nous réjouissons qu’à cette rentrée 2021, les travaux universitaires aient pu reprendre à 100% en présentiel. Pour nos étudiants et nos enseignants-chercheurs, c’est un soulagement.

Comme président de la mission d’information sur le cadre juridique et statutaire de l’enseignement hybride et à distance, je pense même pouvoir affirmer que nos université ont su tirer les leçons de la crise sanitaire, envisageant différents scenarii en cas de reprise épidémique. Le numérique utilisé à bon escient facilite les choses.

Un des défis de cette rentrée 2021 a été de faire face à une hausse des effectifs, non pas en licence mais en master, et ceci dans la plupart des universités.

Monsieur le Président, vous avez évoqué le problème démographique. D’où ma première question : Comment maintenir la qualité de la formation des masters avec, ne l’oublions pas, un objectif de bonne insertion professionnelle ? Je note que les masters en alternance sont de plus en plus prisés dans certaines disciplines. Quelle est votre analyse à ce sujet ?

Pour dynamiser les politiques scientifiques innovantes, la Loi de Programmation de la Recherche (LPR) a créé des chaires de professeur junior. Il s’agit de promouvoir des disciplines émergentes comme le neuro-informatique ou l’écologie moléculaire et aussi faciliter l’interdisciplinarité. 150 chaires de professeur junior sont prévues en moyenne par an avec un accompagnement financier.

Que pensez-vous de cette mesure qui a pour but d’attirer de jeunes chercheurs, d’éviter la fuite de talents titulaires d’un doctorat vers l’étranger, voire de recruter des sommités scientifiques à l’international.

Enfin, jusqu’à présent, il existait dans les universités la possibilité de convertir la prime fonctionnelle en décharge de service. Le projet de décret sur un nouveau régime indemnitaire des enseignants-chercheurs prévoit la suppression de cette possibilité. Quels seront les effets ?

Enfin, un petit mot comme rapporteur de la LPR pour dire qu’il y a indéniablement du retard dans la publication des décrets d’application. Nous ferons le point devant la Commission des Affaires culturelles et de l’éducation le 27 octobre prochain.

 

*/ ?>