Frédéric REISS - Député du Bas-Rhin (8ème circonscription) - Photo de profil
Frédéric REISS et son équipe
COMPTE RENDU DE LA VIDEOCONFÉRENCE "PARLEMENTAIRE"  05/03/2021

COMPTE RENDU DE LA VIDEOCONFÉRENCE "PARLEMENTAIRE"


La vidéoconférence du jour est présidée par Madame la Préfète du Bas-Rhin. En introduction, Madame la Préfète note que la situation sanitaire du département est stable au regard des taux d’incidence et des hospitalisations. La campagne de vaccination avance à bon rythme et le département fait figure d’exemple au regard de la très bonne adhésion des professionnels de santé au vaccin AstraZeneca. L’absence de stock constatée pour ce vaccin a d’ailleurs permis au Bas-Rhin de bénéficier d’un complément de 15 000 doses dont les premières arriveront dès lundi. Madame la Préfète rappelle que le Premier ministre et le Ministre de la santé font de la vaccination des
personnels médicaux, une priorité. À la demande du Premier ministre, le dépistage va s’accentuer dès cette fin de semaine. Le Bas-Rhin est d’ailleurs en pointe dans la mise en place de médiateurs LAC (lutte anti-covid). Enfin, la possibilité de mettre à disposition des personnes les plus vulnérables une infirmière à domicile chargée d’établir un bilan médico-social rencontre beaucoup de succès.
S’agissant de la frontière, Madame la Préfète constate que les mesures prises par les autorités allemandes pèsent lourdement sur la vie des frontaliers mosellans. Les derniers échanges menés avec les partenaires allemands ne font pas apparaître d’intentions similaires à l’égard du Bas-Rhin. Un projet de création d’un centre de dépistage commun est même à l’étude.

Patrick HETZEL, Député de la 7e circonscription du Bas-Rhin, souhaite signaler qu’en une matinée, tous les créneaux de vaccination du mois de mars proposés par les nouveaux centres ouverts ont été retenus. Si l’engouement pour la vaccination est incontestablement positif, il lui semble en revanche que le dispositif est largement sousdimensionné. À quel moment le processus de vaccination sera-t-il accéléré avec l’ajout de nouveaux centres de vaccination ?

Adeline JENNER indique que, pour le moment, les dotations en vaccins sont constantes et le rythme de vaccination aussi. En avril, la cadence augmentera encore certainement. Elle appelle à faire preuve de patience. Les adaptations vont se faire au fur et à mesure. En outre, il reste encore à établir une stratégie sur la taille des centres de vaccination : doit-on multiplier les petits centres pour en consteller le territoire, ou au contraire installer quelques grosses structures taillées pour absorber une masse conséquente de passages ? Des études sont en cours, aucune solution ne l’emporte sur l’autre pour le moment.

Frédéric REISS, Député de la 8e circonscription du Bas-Rhin, évoque la situation des frontaliers mosellans. Ces derniers sont à bout, excédés par la contrainte du dépistage systématique. La possibilité de remplacer les tests PCR par des tests salivaires a-t-elle été
évoquée auprès des Allemands ? Sur un autre sujet, le Député alerte sur la situation de la commune de Niederbronn-les-Bains. Les personnes âgées de plus de 80 ans ont été consultées par leur maire sur la vaccination. Les trois quarts ont répondu qu’ils aimeraient se faire vacciner mais qu’ils ne savent pas comment faire. Pour le quart restant qui réussit à prendre des rendez-vous, la difficulté de se déplacer à Haguenau constitue un obstacle majeur. Existe-t-il une solution pour toutes ces personnes ? Enfin, le Député aimerait que les parlementaires soient également informés des tests salivaires qui pourraient être menés dans les écoles de leur circonscription.

Madame la Préfète indique que des échanges sont en cours avec les autorités allemandes pour trouver un compromis sur la circulation des frontaliers. Elle ne peut pas encore répondre sur la question des tests salivaires. En ce qui concerne la commune de Niederbronn-les-Bains, Madame la Préfète rappelle qu’il est indispensable de prendre l’attache du sous-préfet d’arrondissement et de l’ARS pour leur faire part de ce type de problématique.

Madame JENNER précise sur la question des transports que des crédits spécifiques ont été alloués pour la prise en charge des frais de déplacement. Les médecins peuvent prescrire un trajet retour en taxi-ambulance en plus d’une vaccination par AstraZeneca

*/ ?>