Frédéric REISS - Député du Bas-Rhin (8ème circonscription) - Photo de profil
Frédéric REISS et son équipe
COMPTE RENDU DE LA VIDEOCONFÉRENCE "PARLEMENTAIRE"13/08/2021

COMPTE RENDU DE LA VIDEOCONFÉRENCE "PARLEMENTAIRE"


Lors de la réunion hebdomadaire avec la préfète du Bas-Rhin, Frédéric REISS a indiqué être régulièrement sollicité par des organisateurs d’événements qui s’interrogent sur l’obligation du port du masque. Des précisions peuvent-elles être apportées sur ce point ? S’agissant de l’enveloppe budgétaire allouées dans le cadre du Ségur de la santé, quels sont les établissements éligibles à cette aide ? Enfin, il a fait part de son inquiétude quant à la fin de la gratuité des tests et la fermeture de certains centres de vaccination.

Monsieur Mathieu DUHAMEL, Secrétaire général de la préfecture du Bas-Rhin, a précisé qu’en matière d’obligation du port du masque, il est nécessaire de se reporter à l’arrêté préfectoral en vigueur. De manière générale, il est obligatoire pour tous les événements ou manifestations générant des attroupements de personnes sur la voie publique (marchés, brocantes, manifestations revendicatives, festivals de rue, etc.) ou en cas d’affluence (centres-villes, abords des gares et centres commerciaux, etc.)

Par ailleurs, il a invité le Député à orienter les organisateurs vers les services de la préfecture pour obtenir une réponse.

Concernant la dotation budgétaire prévue dans le Ségur de la santé, Madame JENNER, Déléguée territoriale de l’Agence régionale de santé pour le Bas- Rhin (DT ARS 67), explique que seuls les établissements de santé endettés au-delà de 30 % de leur budget de fonctionnement sont éligibles à cette aide. En l’occurrence, l’effet recherché consiste à desserrer l’étau financier qui étouffe ces structures et les pénalise souvent dans la qualité du soin rendu.

La Docteur PAIN, médecin référante, note que la fin de la gratuité des tests constitue une incitation à la vaccination. D’ailleurs, une grande opération de vaccination va se dérouler du 23 août au 06 septembre. Les publics les plus précaires seront plus spécialement visés.

Sur les centres de vaccination dont la fermeture est prévue prochainement (notamment ceux de Wissembourg et de Reichshoffen), ces structures fonctionnant sur les fonds municipaux et le volontariat des professionnels de santé de secteur ont parfaitement rempli leur office. Des efforts financiers et humains ont été consentis et peuvent difficilement être maintenus dans le temps. Cependant, sur le modèle de ce qui a été expérimenté, avec succès, dans le secteur de l’Outre-Forêt, les pharmaciens vont venir prendre le relai des centres de vaccination. Ils disposeront, pour ce faire, d’une dotation spéciale de vaccin Pfizer.

*/ ?>