Frédéric REISS - Député du Bas-Rhin (8ème circonscription) - Photo de profil
Frédéric REISS et son équipe
 2 mots sur... le passe vaccinal17/01/2022

2 mots sur... le passe vaccinal


Que s’est-il réellement passé dans l’hémicycle lors de premier débat pour transformer le passe sanitaire en passe vaccinal ?

Que s’est-il réellement passé dans l’hémicycle lors de premier débat pour transformer le passe sanitaire en passe vaccinal ?

une fois de plus, il y avait urgence puisque le gouvernement voulait appliquer le texte le 15 janvier 2022. La rentrée parlementaire fixée au mardi 4 janvier a donc été avancée au lundi 3 janvier à 15h. Quelle erreur ! Avec 600 amendements il aurait fallu commencer a minima à 9h.

Lorsqu’à minuit le ministre Véran a demandé à l’Assemblée si elle voulait poursuivre les travaux, il pensait que ce ne serait qu’une formalité. Que nenni ! La présidente compte alors 125 députés contre et 121 pour ! Certains députés de la majorité ont dû entendre siffler leurs oreilles car absents (à la buvette ? dans leur bureau ?) au moment du décompte. La séance fut levée; heureusement car il restait 500 amendements à examiner ; au rythme de 25 à l’heure, cela faisait 20h à partir de minuit ! Mission impossible !

Le débat était reporté au lendemain après les questions d’actualités et une réunion d’urgence de la Conférence des présidents. la discussion reprit mardi après le vote de la loi 3DS vers 18h30. Les choses avançaient normalement quand certains députés découvrirent que le président Macron voulait emmerder les non-vaccinés, jetant ainsi le trouble en plein milieu du débat : rappels au règlement de tous les groupes politiques, intervention du ministre des relations avec le Parlement, demandes insistantes pour que le Premier ministre vienne s’expliquer dans l’hémicycle. M. Fesneau est donc allé réveiller M. Castex qui, de manière prévisible, a refusé de venir au Palais Bourbon. Cet imbroglio a coûté 2 heures de suspension de séance et le débat reprit vers 2h30 du matin, dans des conditions lamentables ; la multiplication des rappels au règlement et des suspensions de séances obligèrent la Présidente à lever la séance vers 3h.

Mercredi matin, pas de séance pour cause de réunions des commissions et mercredi après-midi, l’ordre du jour était consacré au débat sur les violences intrafamiliales et les féminicides, sujet important porté par le groupe LR. Le débat sur le passe vaccinal put finalement reprendre mercredi en fin d’après-midi pour se terminer …à 5h30 jeudi matin !

Sur le fond, j’ai défendu un amendement de suppression de l’article 1 qui instaure le passe vaccinal, j’ai voté contre l’article 1 et je me suis abstenu sur l’ensemble du texte à la demande du groupe LR (qui ne voulait pas mettre en difficulté la candidate Valérie Pécresse qui s’était prononcée en faveur du passe vaccinal).

Pourquoi une personne testée négative depuis moins de 24h serait-elle plus dangereuse pour la société qu’une personne vaccinée qui peut-être porteur du virus et qui peut le transmettre ? Pourquoi un restaurateur devrait-il vérifier le passe vaccinal et l’identité des clients ?…

Deux points positifs cependant  les jeunes de 12 à 16 ans ont été épargnés du dispositif et la chasse aux faux passes vaccinaux est ouverte !

*/ ?>